Return to site

Il est temps de "contribuer vraiment à l'économie de demain"

Nicolas Menet et Benjamin Zimmer expliquent au travers de leur livre "Start-up, arrêtons la mascarade"

· INSPIRATION

Le mot startup fait rêver la nouvelle génération d'entrepreneurs. Ils se voient déjà tous à la tête de LA nouvelle "licorne", en mode gestion relax, portant jeans et baskets, et évidemment millionnaires à même pas 30 ans. Pour Nicolas Menet et Benjamin Zimmer, c'est de la mascarade. Et ils l'expliquent dans leur livre "Startup, arrêtons la mascarade". Tous les deux startuper eux-même, ils ne sont pas anti-startup. Ils veulent juste attirer l'attention sur l'importance de parvenir à faire de la startup un projet de société plutôt qu'un phénomène sociétal. Ils proposent pour cela un nouveau modèle.

Pour les auteurs, les startups "permettent de se réinventer et offrent des potentialités immenses". Les investissements dans des startups sont donc indispensables pour soutenir l'innovation et la compétitivité. Ce qui est reproché aux investisseurs, c'est de ne pas être assez sélectif sur la qualité des projets et des entrepreneurs accompagnés. Et compte tenu de notre contexte global actuel, il manque "un accompagnement précis et intelligent pour contribuer à changer le monde".

Il est indispensable de repartir des besoins pour que la société tire profit de la dynamique des startups. "Une solution utile pour la société va rencontrer les besoins de son marché et l'investisseur va gagner de l'argent. L'objectif consiste à valoriser l'utilité et à créer un vrai projet de société autour de la construction de la « profitabilité intégrale » : utilisons les start-up pour créer une valeur positive pour tous."

Les auteurs demandent d'avancer sur la nécessité de développer des projets utiles et rentables.

Et pour refonder le modèle, les solutions existent : "juridique avec la transformation des incubateurs en sociétés d’intérêt collectif pour que tout le monde soit associé et donc responsable du projet ; institutionnelle avec la mise en place d’instances collégiales pour contribuer à la programmation des enjeux économiques ; méthodologique pour former les gens à l’intelligence collective."

La nouvelle génération est en quête de sens et opte pour des emplois ayant un impact sociétal et une utilité plutôt que de gros avantages salariaux... Est-ce cette génération qui arrivera "à faire de la startup un projet de société plutôt qu'un phénomène sociétal" ?

 

Curieuse d'avoir ton avis sur le sujet... ;)

 

Émilie

Fondatrice d’Inspiration Factory. Entrepreneure. Facilitatrice. Maman de trois enfants. Ingénieure. Émilie se passionne pour les aventures entrepreneuriales, les gens curieux et l’éducation. Avec son expérience elle a créé Inspiration Factory.

Au travers d’ateliers, de formations en ligne et de rendez-vous personnalisés, Inspiration Factory accompagne les entrepreneurs ambitieux qui veulent pérenniser leur business et booster leur impact.

Tu souhaites en savoir plus ? Rejoins-nous sur Facebook, sur Instagram ou sur notre site web !

Envie de profiter de témoignages inspirants, de recevoir des outils pratiques et d'aller plus loin dans vos projets ?

Inscris-toi à notre news !

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OK